Ligne-maginot.fr Index du Forum -> Recherches historiques -> La ligne maginot vue par le quotidien des DNA.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
  La ligne maginot vue par le quotidien des DNA.
Auteur Message
SCHOEN
Modérateur


Inscrit le: 19 Nov 2007
Messages: 2415
Localisation: Strasbourg


13 Nov 2015 à 11:33
Répondre en citant
Par ce fil de discussion, je vous partagerais des découvertes faites dans les Dernière Nouvelles d'Alsace. J'ai l'opportunité de pouvoir consulter un exemplaires de ce quotidien à la médiathèque de Strasbourg et j'ai commencé à les parcourir sur le période de 1935 à 1939 (il n'y avait plus de parutions pendant la drôle de guerre.


Citation:
Strasbourg sur le pied de guerre, chronique d’une garnison 1935-1939

Parmi les recherches que je mène, sur les gardiens du Rhin qui surveillaient le fleuve, je consulte les archives du périodique alsacien des Dernières Nouvelles d’Alsace. Le périodique traduit bien l’ambiance de l’époque, que ce soit à Strasbourg ou dans le Nord-Est de la France, le périodique étant vendu à l’époque jusqu’en Moselle.

80 ans après, je vais vous partager au fur et à mesure articles, actualités, faits divers sur la garnison de Strasbourg. Je ne délaisserais pas pour autant les fortifications et les armées du nord-est quand l’actualité le mérite.

_________________
Un mec du béton

Association des Gardiens du Rhin
SF Bas Rhin


Dernière édition par SCHOEN le 13 Nov 2015 à 11:40; édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur

Auteur Message
SCHOEN
Modérateur


Inscrit le: 19 Nov 2007
Messages: 2415
Localisation: Strasbourg


13 Nov 2015 à 11:36
Répondre en citant
Eté 1935 - Naissance des troupes de forteresse

L’acte de naissance des « Régiments d’Infanterie de Forteresse du Nord-Est » paraît dans le journal officiel le 2 juillet (DNA du 3 juillet 1935). A partir du 1er septembre, une partie du contingent de 1935 pourra être appelé à servir dans les régiments de forteresses, avant même le reste du contingent qui sera appelé en octobre dans les autres régiments. Il y avait bien quelques « régiments d’infanterie de régions fortifiés », créé en 1933 pour occuper les secteurs fortifiés, surveiller le chantier avant d’occuper plus concrètement les fortifications, mais l’organisation restait peu aboutie. Dans le nord de l’Alsace, le 23ème RI était spécifiquement chargé de la région fortifiée de la Lauter. Sur la rive gauche du Rhin, les 158ème, 170ème, 152ème et 35ème comportaient huit bataillons d’infanterie de forteresse en complément des bataillons classiques.

A la fin de l’été 1935, deux régiments sont recréés pour garder la frontière alsacienne le long du fleuve, le 171ème et le 172ème. L’article qui suit, paru dans les Dernières Nouvelles d’Alsace du 7 septembre 1935, écrit par un commandant Draical, nous fait un état de la défense nationale. Il illustre parfaitement le travail de propagande qui vise à rassurer les populations sur la défense du pays alors que l’Allemagne est en train de reconstituer son armée.

Nos frontières sont bien gardées.

« Cette année 1935 marque une étape importante dans l’organisation de notre défense nationale. Un progrès considérable a été en effet réalisé, d’une part dans l’aménagement des fortifications de nos frontières du nord et nord-est, d’autre part dans le dispositif de des troupes de couverture chargées de la garde de ces fortifications.

On sait qu’à la suite de la déclaration par laquelle, à la fin de l’hiver dernier, l’Allemagne annonçait officiellement la constitution – déjà très avancée – de sa nouvelle et formidable armée de 36 divisions, le gouvernement français décida de conserver sous les drapeaux le demi contingent qui devait être libéré en avril, et, pour faire d’une pierre deux coups, de constituer, avec les hommes qui se trouvaient ainsi maintenus, des bataillons de travailleurs qui furent employés à l’organisation défensive des frontières.

Il n’est pas exagéré de penser que cette sage mesure à peut-être sauvé la paix. Ce déploiement impressionnant de troupes, qui s’étendait de Mézières à Belfort, chaque village , ou presque, ayant alors garnison, pouvait donner sérieusement à réfléchir à ceux qui auraient eu l’intention de reprendre après vingt et un ans, la route de Paris.

Elle a eu du moins un résultat tangible : jusque là nos travaux défensifs s’étaient bornés à la création d’une ossature bétonnée, très puissante sans doute, mais qui demandait, pour être pleinement efficace, à être complétée ; depuis cet été, la chose est faite. On a vu littéralement surgir de terre, au prix d’un effort de tous les instants, joyeusement accompli par nos soldats, des travaux de toute sorte, et, surtout, cet immense réseau de défenses contre les engins blindés notamment, qui donne aux populations, légitimement inquiètes auparavant, un sentiment de sécurité tout à fait réconfortant.

En même temps, notre organisation défensive, limitée auparavant à la frontière du nord-est, était étendue vers le nord, à la grande satisfaction de nos amis belges, qui ayant mis en état de défense leur frontière de l’est, voient avec plaisir, comme le faisait observer récemment M. Devèze, ministre de la défense nationale, que la France fortifie « ses marches en face de la Belgique ». Ce sera, comme l’a souligné le ministre belge, une résistance de plus que l’ennemi aurait à forcer.

On peut donc dire que, cette fois, notre porte est bien fermée. Et nous sommes d’autant mieux défendus que nous avons maintenant, dans les ouvrages ou a proximité immédiate, des troupes en nombre suffisant pour les tenir solidement.

Les hommes maintenus sous les drapeaux ont été libérés en juillet. Mais, à leur place, on vient de créer, en utilisant des bataillons autrefois rattachés à divers corps, six nouveaux régiments d’infanterie de forteresse, qui viennent s’ajouter à ceux déjà spécialisés dans la garde des différents secteurs fortifiés de la frontière.

Pour développer dans ces nouvelles unités cet esprit de corps qui fait l’âme d’un régiment, et pour évoquer aux yeux de tous, et notamment à ceux des populations frontalières, la zone frontière confiée à leur garde, le ministre de la guerre a heureusement décidé que chaque régiment de forteresse recevrait, en outre de son numéro, une appellation particulière.C’est ainsi que nous avons maintenant, le long de notre frontière d’Alsace, les Régiments des Vosges (37ème), de la Lauter (23ème), du Bas-Rhin (172ème) du Haut-Rhin (171ème).

Les nouveaux corps, dont certains (tel le 37ème, qui appartenait en 1914 à la Division de fer de Nancy), font ressusciter les numéros de glorieux régiments qu’on s’était résolu à dissoudre au moment où la France, dans son ardent désir de paix, avait commencé à réduire sensiblement ses armements, auront dans quelques jours, achevé leur organisation. Répartis, non pas toujours dans de belles garnisons, mais souvent dans des camps et des casernes perdus dans la campagne, fournissant en permanence des garnisons dans les ouvrages, ces régiments auront une existence parfois pénible. Mais ils sauront que le pays compte sur leur vigilance, qu’ils sont l’avant-garde de l’armée, que, de leur résistance, dépendrait, non seulement l’inviolabilité du territoire national, mais encore la mise sur pied de guerre de l’ensemble de nos forces. Et, sans nul doute, ils sauront être en tout temps à la hauteur de la lourde tâche qui pourrait leur incomber, et prêts à remplir, s’il le fallait, pour briser une agression, leur mission de sacrifice.

On inaugurait récemment aux environs de Verdun, face à l’ossuaire de Douaumont, le monument qui doit perpétuer, à l’endroit même où tombait grièvement blessé, en 1914, le sergent Maginot, le souvenir de l’ancien ministre de la Guerre. C’est à lui que revient, d’abord, le mérite d’avoir doté la France d’une organisation défensive qui, par son ampleur, laisse loin derrière elle celles de Vauban, à l’époque de Louis XIV, et du général Séré de Rivières, après 1871. Cet éminent serviteur du pays serait heureux de voir aujourd’hui son œuvre achevée, grâce notamment au labeur de ces milliers de soldats qui ont accepté de bon cœur une prolongation de service qui leur fut annoncée quelques jours seulement avant la libération escomptée. Ce n’est pas le moindre mérite de notre race que de savoir lorsqu’il le faut, faire passer virilement avant tout l’intérêt de la patrie. »

_________________
Un mec du béton

Association des Gardiens du Rhin
SF Bas Rhin
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur

Auteur Message
SCHOEN
Modérateur


Inscrit le: 19 Nov 2007
Messages: 2415
Localisation: Strasbourg


13 Nov 2015 à 11:41
Répondre en citant
Eté 1935 – Belle manifestation de fraternité chez les sous-officiers du 158ème et du 172ème réunis.

« C’est dans un bel élan de fraternité que le corps d’élite des sous-officiers du 158ème RI se réunissait samedi soir en son cercle, pour recevoir ceux de leurs camarades qui, à la date du 26 août, cessèrent d’appartenir à cette belle unité pour faire partie désormais du 172ème Régiment d’Infanterie de Forteresse « Régiment du Bas-Rhin ».

Cette réunion, toute empreinte d’estime, est un des plus beaux exemples de camaraderie, en même temps qu’une manifestation du culte que chaque sous-officier voue au drapeau qu’il a servi.

Dans un exposé, au cours duquel il rappela toute l’affection qui unissait les membres de cette grande famille qu’est le 158ème RI, l’adjudant-chef Eckenspieler, président des sous-officiers, exprima au nom de ceux qui continuent à servir sous la devise du 158ème RI, tout le regret qu’il a de voir se séparer d’elle une partie de ses meilleurs défenseurs. « Vous êtes appelés, dit-il à faire revivre un régiment d’un passé non moins glorieux que celui que vous quittez. Soyez fiers de servir ce glorieux drapeau que l’on a rencontré à toutes les grandes batailles de l’Histoire ; soyez dignes de vos ainés de 1794 ainsi que ceux de 1914 à 1918, toutes pour l’Alsace redevenue française ».

Très applaudi, il rend ensuite un respectueux hommage au drapeau du 172ème RIF et lève son verre au bonheur de ceux qui le serviront.

C’est au tour de l’adjudant-chef Laurent de remercier, au nom de ceux qui aujourd’hui, forment le glorieux Régiment du Bas-Rhin, les sous-officiers du 158ème RI, qui ont toujours fait preuve d’un esprit de solidarité digne de tout éloge. En son nom personnel, il exprime sa gratitude à tous ceux qui, lors de son pénible accident de l’an dernier, ont, par leurs fréquentes visites, adouci les souffrances qui l’ont isolé de la vie commune pendant un an. Puis, parlant au nom de ses camarades, il dit : « ce n’est pas sans un serrement de cœur que nous quittons ce beau régiment dans lequel se sont forgées nos âmes de camarades et de vrais combattants. Le drapeau que nos aînés ont défendu et sur lequel ils ont inscrit au péril de leur vie de nombreuses batailles, c’est dans nos cœurs désormais qu’il aura sa place. Avant de changer l’écusson du 158ème contre celui du 172ème, j’exprime à son chef, le colonel de Verdilhac, ainsi qu’aux officiers, toute notre gratitude pour la bienveillance qu’ils nous ont témoignée pendant le temps passé sous leurs ordres. Je m’incline respectueusement devant le drapeau du Régiment de Lorette, emblème qui représente, pour nous, tout un passé de gloire qu’illustre le sacrifice de ceux qui, de 1914 à 1918, sont tombés sous ses plis. »

Un tonnerre d’applaudissements, suivit le salut des deux régiments réunis, puis la marseillaise monta, sublime, comme un lien inaltérable, entre ceux qui ont prouvé si sincèrement, une fois de plus, leur attachement à cette grande qu’est l’Armée. »

(DNA du 8 septembre 1935)

_________________
Un mec du béton

Association des Gardiens du Rhin
SF Bas Rhin
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur

Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Page 1 sur 1 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures


 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


phpBB skin developed by: eXtremepixels
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group